Publié le Laisser un commentaire

Députés à l’Assemblée Nationale en 1789 – Série par FIESINGER

Collection complète des 22 portraits des députés à l’Assemblée Nationale en 1789;
dessiné par Jean-Urbain GUÉRIN (Strasbourg 1760 – Obernai 1836), gravés par Franz Gabriel FIESINGER (Offenbourg 1752 – Londres 1807) et édités chez l’auteur, quay des Augustins N° 71 au 3e

Les notices proviennent de la “Liste des portraits dessinés, gravés ou lithographiés des députés à l’Assemblée Nationale de 1789” par Soliman Lieutaud en 1854.

En vente dans notre boutique : ici

Bertrand BARÈRE DE VIEUZAC, littérateur, avocat au Parlement de Toulouse et conseiller de la sénéchaussée de Bigorre, député du tiers-état de cette sénéchaussée en 1789, nommé juge au tribunal de cassation en 1791, député du département des Hautes-Pyrénées à la convention en 1792, président de l’Assemblée au commencement du procès de Louis XVI, il fut arrêté en 1795, conduit à l’île d’Oléron et de là transféré dans les prisons de Saintes d’où il fut enlevé par ses amis au moment où l’on venait de donner l’ordre de le déporter, il disparut de la scène politique jusqu’en 1815; le département des Hautes-Pyrénées le nomma député pendant les cent jours, banni au second retour des Bourbons, il se fixa en Belgique, rentra en France après la révolution de juillet 1830. Né le 14 septembre 1755 à Tarbes, Hautes-Pyrénées, mort à Tarbes le 13 janvier 1841.

Antoine Pierre Joseph Marie BARNAVE, avocat au Parlement de Grenoble, né le 22 septembre 1761 à Grenoble, Isère, député du tiers-état du Dauphiné en 1789, élu président le 24 octobre 1790, nommé maire de Grenoble après la session, décrété d’accusation en 1792, il fut arrêté et mis en prison à Grenoble, transféré à Paris, traduit au tribunal révolutionnaire, condamné à mort et exécuté le 25 novembre 1793.

Alexandre vicomte de BEAUHARNAIS, frère de François de BEAUHARNAIS, né en 1760 au Fort-Royal, Martinique, député de la noblesse de Blois en 1789, nommé adjudant-général après la session, commandant du camp de Soissons en 1792, général en chef de l’armée du Rhin la même année; obligé de donner sa démission comme noble, il se retira à la Ferté-Imbault, y fut arrêté, conduit à Paris, condamné à mort et exécuté le 23 juillet 1794. 

Stanislas comte de CLERMONT-TONNERRE, petit-fils du maréchal de ce nom, né le 10 octobre 1757, à Pont-à-Mousson, Meurthe, député de la noblesse de Paris en 1789, massacré à Paris le 10 août 1792.

Emmanuel Marie Michel Philippe FRETEAU DE SAINT-JUST, ancien conseiller au parlement de Paris, député du bailliage de Melun et Moret en 1789, nommé juge du tribunal du deuxième arrondissement de Paris, né en 1746 à Paris, décapité dans la même ville le 14 juin 1794.

Henri baron de JESSÉ, député de la noblesse de la sénéchaussée de Béziers en 1789, arrêté en 1795, mort subitement dans les prisons de Moulins.

Marie Paul Joseph Roch Yves Gilbert Motier Marquis de LA FAYETTE, ancien général en chef, ancien député, ancien commandant général de la garde nationale de Paris, né le 6 septembre 1757 à Chavagnac, Haute-Loire, mort à Paris le 20 mai 1834. La Fayette passa en Amérique en 1777, prit du service dans l’armée des Etats-Unis, y fut nommé major général. De retour en France il fut élevé au grade de maréchal de camp en 1781, membre de l’Assemblée des notables en 1788, député de la noblesse de la sénéchaussée de Riom en 1789, nommé commandant général de la garde nationale le 15 août 1789, lieutenant général en 1791, commandant de l’armée du centre en 1792, passé à l’étranger la même année, fait prisonnier par les autrichiens; rendu à la liberté, il revint dans sa patrie après le 18 brumaire, vécut retiré au sein de sa famille jusqu’en 1815, il fut député pendant les cent jours, du département de la Sarthe en 1818, de celui de Seine-et-Marne à diverses législatures, nommé de nouveau commandant général de la garde nationale parisienne en 1830, il occupa ce poste jusqu’à la suppression du grade.

Alexandre baron de LAMETH, maréchal de camp, préfet, officier de la Légion-d’honneur, né à Paris le 28 octobre 1760, mort à Paris le 19 mars 1829; député de la noblesse des bailliages de Péronne, Roye et Montdidier en 1789, nommé maréchal de camp en 1792, émigre la même année, rentré en 1797 il fut obligé de s’expatrier de nouveau après le 18 fructidor, ne revint en France qu’après le 18 brumaire, fut nommé préfet des Basses-Alpes en 1802 et successivement de Rhin-Moselle en 1805, de la Roër en 1806, du Pô en 1809, de la Somme en 1814, créé pair en 1815 par Napoléon, rayé par Louis XVIII, député de la Seine-Inférieur en 1820. 

Charles Malo François comte de LAMETH, lieutenant général, né à Paris en octobre 1757, mort à Paris le 28 décembre 1832. Ancien colonel des cuirassiers, député de la noblesse de la province d’Artois en 1789, commande une division de cavalerie à l’armée de Lafayette en 1792, émigre la même année, rentré en 1800, il se retira dans sa famille avec le grade de général de brigade en réforme, nommé aide-de-camp de Murat en 1807, gouverneur du grand duché de Wurtzbourg en 1809, commandant de la ville de Santona en Espagne en 1812, lieutenant-général en 1814, député de Pontoise en 1831.

Louis Alexandre duc de LA ROCHEFOUCAULD et de la Rocheguyon, pair de France, né à Paris le 11 juillet 1743, député de la noblesse de cette ville en 1789, nommé président du département de Paris après la session, donna sa démission en 1792, il fut massacré à Gisors le 14 septembre de la même année en se rendant aux eaux de Forges. 

François Alexandre Frédéric duc de LA ROCHEFOUCAULD-LIANCOURT, pair de France, grand-maître de la garde-robe du roi, commandeur de l’Ordre du St-Esprit, né le 11 juin 1747 à la Roche-guyon, Seine-et-Oise, député de la noblesse du bailliage de Clermont en Beauvoisis en 1789, sorti de France en 1792, rentré en 1800, nommé membre de la Légion-d’honneur en 1806, créé pair en 1814, député de l’Oise en 1815 pendant les Cent Jours, mort à Paris le 27 mars 1827 : on lui doit l’introduction de la vaccine en France. 

Isaac René Guy LE CHAPELIER, avocat à Rennes, né le 12 juin 1754 à Rennes, Ille-et-Vilaine, député du tiers-état de la sénéchaussée de Rennes en 1789, condamné à mort et exécuté à Paris le 22 avril 1794.

Pierre Victor MALOUET, député, ministre, commandeur de la Légion-d’honneur, né en février 1748 à Riom, Puy-de-Dôme, nommé en 1776 commissaire général et ordonnateur à l’île de Cayenne et Guyane française, en 1781 intendant de la marine à Toulon, député du tiers-état de la sénéchaussée de Riom en 1789, émigre en 1792, rentre en 1799, est nommé commissaire général de la marine à Anvers en 1803, maître des requêtes en 1808, destitué de ses fonctions en 1812, chargé du ministère de la marine en 1814, par Louis XVIII, mort à Paris le 7 septembre 1814

Honoré Gabriel RIQUETTI comte de MIRABEAU, écrivain, orateur, le plus grand de l’Assemblée nationale, fils de Victor Riquetti marquis de Mirabeau et de Marie-Geneviève de Vasson, né le 9 mars 1749 au Bignon, Loiret, député du tiers-état d’Aix en 1789, mort à Paris le 2 avril 1791.

François Marc Antoine de MONTESQUIOU-FEZENSAC, duc, pair, ministre, membre de l’Académie française, né en 1757 au château de Marsan, Gers, nommé en 1782, abbé de Beaulieu, diocèse de Langres,agent général du clergé en 1785, abbé de Beaulieu, diocèse du Mans en 1786, député du clergé de Paris en 1789, passe en Angleterre en 1792, rentre après le 9 thermidor an II, est nommé membre du gouvernement provisoire en 1814, ministre de l’intérieur la même année, créé pair en 1815, membre de l’Académie française par ordonnance en 1816, duc en 1821, mort à Paris le 5 février 1832.

Jérôme PETION DE VILLENEUVE, avocat, né le 3 janvier 1756 à Chartres, Eure-et-Loire, député du tiers-état du bailliage de Chartres en 1789, élu maire de Paris en 1791, député du département d’Eure-et-Loir à la Convention, mis hors la loi en juillet 1793, il parvint à se soustraire au décret qui ordonnait son arrestation et à se rendre et réunir à Buzot dans le département de la Gironde où ils errèrent quelque temps. On les trouva morts dans un champ de la commune de St-Magne à demi dévorés par les animaux, il avait à côté d’eux 7 pistolets et 2 sabres. L’officier de santé ayant déclaré qu’ils ne pouvaient être enlevés sans inconvénient pour la salubrité publique, ils furent enterrés sur le lieu même. 

Jean-Paul RABAUD DE SAINT-ÉTIENNE, avocat, littérateur, ministre de la religion réformée, né en 1749 à Nîmes, Gard, député du tiers-état de la sénéchaussée de Nîmes et Beaucaire en 1789, du département de l’Aube à la Convention, décrété d’arrestation en 1795 et mis hors la loi, il alla demander asile à un ancien ami, il y fut arrêté le 4 décembre condamné à mort et exécuté le lendemain.

Jean REWBEL, avocat et bâtonnier de son ordre au Conseil souverain d’Alsace, né en 1746 à Colmar, Haut-Rhin, député du tiers-état du bailliage de Colmar et Schelestadt en 1789, nommé procureur syndic du département du Haut-Rhin après la session, député de ce département à la Convention, puis au conseil des Anciens, nommé directeur le 10 brumaire an IV, remplacé en l’an VII, député de nouveau au conseil des Anciens, il y siégea jusqu’à la révolution du 18 brumaire, se retira à Colmar, mort dans cette ville en 1810.

Maximilien Marie Isidore ROBESPIERRE, avocat et littérateur, né le 6 mai 1760 à Arras, Pas-de-Calais, député du tiers-état d’Artois en 1789, du département de Paris à la Convention, décapité à Paris le 28 juillet 1794.

Pierre Louis RŒDERER, comte, député, sénateur, pair, grand-officier de la Légion-d’honneur, conseiller d’Etat, membre de l’Institut; ancien conseiller au parlement de Metz, né le 15 février 1754 à Metz, Moselle, député du tiers-état du bailliage de Metz en 1789, nommé procureur syndic du département de Paris en 1791, membre de l’Institut en 1796, conseiller d’Etat en 1800, sénateur en 1803, grand-officier de le Légion-d’Honneur en 1806, comte en 1809, pair en 1815 pendant les Cent-Jours, exclu à la seconde rentrée des Bourbons, remplacé à l’Institut par ordonnance en 1816, rappelé à la chambre des pairs après la révolution de 1830 et à l’Institut en 1833, mort à Paris le 18 décembre 1835. 

Emmanuel Joseph SIEYES, chanoine, chancelier et grand vicaire de Chartres, publiciste, législateur, administrateur, membre de l’Institut, né le 3 mai 1748 à Fréjus, Var, député du tiers-état de Paris en 1789, du département de la Sarthe à la Convention et au conseil des Cinq-Cents, nommé à l’Institut en 1796, membre du Directoire en 1798, consul, puis sénateur en 1799, grand officier de la Légion-d’honneur en 1804, comte en 1808, rayé de l’Institut et de la Légion-d’honneur et banni en 1816. Sieyes se fixa à Bruxelles, revint en France après la révolution de 1830, il est mort à Paris le 20 juin 1836.

Jacques Guillaume THOURET, avocat à Rouen, né le 10 avril 1746 à Pont-l’Évêque, Calvados, député du tiers-état du bailliage de Rouen en 1789, nommé président du tribunal de cassation en 1792, condamné à mort le 22 avril 1794.

Laisser un commentaire